Les Fake Influencers : un phénomène qui existe depuis toujours.

Si vous êtes branchés sur les réseaux sociaux, vous n’avez pas pu passer à côté de la polémique sur les Fake Influencers. Je ne suis pas là pour dénoncer ou pour surfer sur la vague mais entre nous … oui entre nous, ça a toujours existé, non? On tape dans la fourmilière, ça fait du buzz et des vues. Même moi j’écris un article sur le sujet. Mais je ne pouvais pas rester dans mon coin avec cette pensée qui me trotte dans la tête : ce type de personne existe depuis toujours et on n’en trouve partout.

Je vous le jure! Il est vrai que ces personnes n’achètent pas des abonnés mais on se demande comment elles en sont arrivés là. Je parle du monde de l’entreprise, celui que je fréquente tous les jours et dans lequel je me demande comment certains tiennent entre leurs mains la stratégie d’une banque nationale. J’ai travaillé dans plusieurs entreprises et j’en ai toujours croisé : des personnes à leur plus haut niveau d’incompétence. Ce sont de simples collaborateurs, des managers, ou même des Directeurs et ils sont … nuls?! Ils ne comprennent rien ou alors ils sont à côté de la plaque. Ils sont pour moi des imposteurs. Ils sont là par un concours de circonstance souvent inconnu et ils te pourrissent une ambiance, une réunion de travail ou un projet par leur incompréhension.

Finalement les Fake Influencers, ce sont nos boulets en entreprise. Je comprends la frustration des Influencers qui travaillent dur et que ne se sentent pas récompensés mais les personnes en entreprise le vivent également tous les jours. Cette injustice professionnelle est encore plus forte quand on est une femme. En voici un best of :

Tu comprends, tu es enceinte, tu n’es pas quelqu’un de sûr. C’est pour ça que je te donne les dossiers juniors.

A un moment il faut être objectif, vous les femmes, vous n’êtes pas opérationnelles 365 jours par an.

Tu as bien travaillé cette année. Tes objectifs sont remplis mais tu comprends, je ne t’augmente pas parce que tu es enceinte et l’année prochaine, tu ne seras là que 6 mois. C’est pas cool pour tes autres collègues qui seront payés à travailler eux.

Hé oui être une femme, une maman dans le monde professionnel, c’est parfois ravaler sa fierté parce qu’à la fin du mois tu as besoin de l’argent que tu gagnes et même en changeant d’entreprise, des cons tu en croises toujours. Le pire dans tout ça c’est que les phrases les plus dures ont été prononcées par des femmes. A quel moment, on a raté le coche les filles? On en bouffe pas assez de la merde pour que nos soeurs nous enfoncent encore plus?

Tout ça pour dire que ce phénomène d’escroc ou d’imposteur existe depuis la nuit des temps. Il est juste médiatisé car ce sont des métiers publiques, animés par des personnes jeunes et idéalistes comme je l’étais à mes débuts en entreprise. Après on apprend à ne plus regarder l’autre et à prendre sur soi. Il faut être fier de soi et du travail accompli. Si le copain d’à côté en fou deux fois moins et est ovationné, c’est dur à vivre mais soyons honnête, le karma est là. Et quand ça va lui tomber dessus ça va faire mal. Et même sans cette idée de karma, pensez à ce copain qui fait semblant d’être quelqu’un. Au fond il doit avoir une vie de merde pour ne pas être honnête avec lui même. Cela en devient triste de penser à lui parce que tout est faux autour de lui.

Et les abonnés dans tout ça? Ils ne sont pas dupes. On est des moutons mais quand même on a un cerveau. 

Et vous que pensez-vous de ce déballage publique?

Fanfan

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*